Séminaire «Philosophie de l'œuvre»
Séminaire «Pour une Contribution à une analyse critique de l’économie iconique et des relations texte-image» du Laboratoire Fig.
École nationale supérieure de la photographie Arles
Il se constitue d’un texte présentant les champs de recherche et des documents gravitationnels.
Abstract : « Ouvrir ce séminaire qui porte sur la crise de l’œuvre. Après l’interprétation de l’économie de la production et de l’œuvre, il s’agit de travailler sur la crise exemplaire de la production et de la réception. Nous proposons un paradigme, la lettre que Marcel Broodthaers envoie le 7 septembre 1968 pour annoncer l’ouverture du Département des Aigles, Musée d’art moderne
Calendrier : 2015-2016
Annexes :
- articles et travaux publiés sur le site du Centre de Recherche Art et Image CRAI
- création du site du laboratoire Fig. (Figure Image Grammaire)
Publication liée à ce séminaire : Chrématistique & poièsis, éditions Mix., 2016
//

Séminaire Philosophie de l’œuvre & du langage
Poièsis & oikonomia (contribution à une théorie critique de l’œuvre)

École nationale supérieure de la photographie, ARLES
Il s’agit de proposer un séminaire, entièrement consacré à une théorisation des liens problématiques, et encore insuffisamment pensés (pour des raison idéologiques et politiques), entre économie et poétique, c’est-à-dire entre usage et production. Il nous faudra dès lors proposer une généalogique des termes œuvre et poésie et comprendre l’inachèvement de leur destin dans la pensée occidentale. À partir de cela il nous faudra comprendre pourquoi pour des raisons politiques et idéologiques il a été nécessaire de demander à la fois à la poésie et à l’économie de pratiquer un compte particulier de ce qui est à disposition et ce qu’il est convenable de réaliser. C’est pour cette raison que la modernité herméneutique et critique nous a préparé à la possibilité de penser un tournant, c’est-à-dire une manière autre de voir, de lire et de penser le poème, c’est-à-dire l’œuvre. Cette recherche prend acte autour de différents séminaires et différences centre de recherche dont le projet Chrématistique (www.chrematistique.fr). Il s’agit pour cette nouvelle année de proposer aux étudiants chercheurs une recherche, à partir de l’économie de l’œuvre, autour de deux concepts fondamentaux : la modernité du concept d’économie iconique et la crise exemplaire de la déconstruction possible du concept de qualité. En somme, nous est-il de penser, réellement, ce que signifie un homme sans qualité. Ce sera l’enjeu du séminaire.
Calendrier : octobre 2014 à avril 2015
Annexes :
- publication de l’ensemble des séminaire ainsi que les textes produits par les étudiants
- création d'une unité de recherche pour l'ENSP : CRAI : http://enspcrai.hypotheses.org/
//

Séminaire En traduction (sur le concept d'adresse),
avec Sébastien Pluot, A Constructed World & Fabien Vallos (2013-2014).
Puisque la traduction implique un passage d'une langue vers une autre et plus précisément un passage d'un mode interprétatif à un autre, il faut pour cela pouvoir penser qu'il s'agit toujours d'une demande et surtout d'une adresse. Il existe par ailleurs une longue histoire de l'art et de la littérature entrevue comme des modes de transpositions du réel et comme des demandes formulées à la fois par la doxa, l'histoire des représentations, le politique et la morale. Or il s'agit bien de décrypter cette longue histoire de l'interprétation de cette demande. En quoi les artistes et les écrivains devraient advenir à cette demande pour pouvoir formuler leur travail ? Dans la mesure où nous serons capables d'interpréter cette singulière demande, nous aurons alors la possibilité de penser en quoi la modernité s'y est opposé, en la détournant, en l'annulant, en la déconstruisant et en la déplaçant vers l'expérience de l'adresse. Qu’il s’agisse de Marcel Duchamp ou Francis Picabia et plus récemment Marcel Broodthaers, Michael Asher, A Constructed World ou Ben Kinmont, Andrea Fraser, Silvia Kolbowski ou Mark Geffriaud, ces artistes ont en commun d’avoir méticuleusement déconstruit les attentes et organisé des œuvres qui manipulaient les notions de demande et d’adresse. L’une des caractéristiques de leurs approches repose sur la revendication du caractère incalculable de la réception, les situant en dehors du domaine de la compréhension et d’une signification stable. L'adresse consiste en ce sens à proposer quelque chose qui n'aurait pas été forcément demandé et qui affirme la permanence d’un caractère énigmatique. L'adresse consiste à proposer quelque chose qui ne relèverait pas obligatoirement d'une position interrogeante. Supposons alors que ni l'art ni la littérature ne questionnent ni n'interroge (au sens d'interroger le réel) mais qu'ils ne cessent de proposer des formes interprétatives, spéculatives et discursives. C'est cette recherche que nous aimerions proposer : penser la possibilité de l'œuvre à partir d'une déconstruction de la position historique d'une traduction du réel pour penser l'œuvre à partir de l'expérience de l'adresse. Ceci constituera une contribution à une théorie critique de la demande et de l'adresse.
Calendrier (octobre 2013 à avril 2014)
- nov. 2013 à sept. 2014 exposition Art by Telephone... Recalled à La Panacée à Montpellier.
exposition 1 : 7 février 2014
exposition 2 : 21 mars 2014
exposition 3 : 16 mai 2014
exposition 4 : 13 juin 2014
Publications liées à ce séminaire :
Art by Telephone… Recalled (co-éditions Mix. x La Panacée x esba Talm x Ebabx)

//

Séminaire Philosophie du langage, École d'enseignement supérieur d'art de Bordeaux (2013-2014)
Poièsis & oikonomia
Il s’agit de proposer un séminaire, exclusivement consacré à une théorisation des liens problématiques, et encore insuffisamment pensés, entre économie et poétique, c’est-à-dire entre usage et production. Nous oublions que le terme poésie, réservé à une pratique particulière, devrait avoir le sens que le terme art a en quelque sorte usurpé. La poièsis est dès lors l’interrogation de la production en tant qu’elle est l’agir humain. Or pour des raisons politiques et idéologiques il a été nécessaire de demander à la fois à la poésie et à l’économie de pratiquer un compte particulier de ce qui est à disposition et ce qu’il est convenable de réaliser. C’est pour cette raison que la modernité herméneutique et critique nous a préparé à la possibilité de penser un tournant, c’est-à-dire une manière autre de voir, de lire et de penser le poème, c’est-à-dire l’œuvre. Or nous présupposons – cette thèse restera à penser et constituera le lieu même du séminaire – que la poièsis, en tant qu’expérience productrice, signale la possibilité de penser ce que Marx questionnait en 1844 : comment peut-on penser une appropriation (un usage) qui ne réclame pas une propriété ?
Calendrier : (octobre 2013 à avril 20134)
- journée d'étude 7 avec Jérémie Gaulin (28 janvier 2014)
- journée d'étude 8 avec Bruce Bégout (18 février 2014)
- journée d'étude 9 avec Tristan Garcia (18 mars 2014
Publications liées à ce séminaire :
- Altération & consommation, col. Les Rescapés du sentiment océanique, Mix. x Ebabx, mai 2014
- la sommes des séminaires

//

Séminaire En traduction, avec Sébastien Pluot (2012-2013).
Après l'ensemble des recherches qui ont été engagées durant les deux dernières années, nous proposons cette année un séminaire de recherche portant sur un autre aspect de la question de la traduction : les notions d'interprétation et les processus de ré-historicisation de l'œuvre.
Alors que l’art des années 60 a radicalisé la remise en cause du mythe moderniste de l’autonomie de l’œuvre, la possibilité de son interprétation implique une prise en compte de leurs trajectoires à travers un ensemble d’environnements et de déterminations contextuels. Selon cette conception, leur re-historicization permanente n’est plus un aléa marginal ou accidentel de l’œuvre, mais fait partie de sa condition structurelle d’existence et de sa détermination en tant qu’objet politique et historique. Les œuvres peuvent exercer une influence et se trouver soumises à un ensemble de forces provenant de pouvoirs institutionnels, culturels, critiques, théoriques, du marché de l’art. Autant de systèmes de valeurs ayant une capacité plus ou moins volontaire d’instrumentalisation et donc de traduction des œuvres. Toute la question revient à envisager un processus de ré-historicisation des œuvres fondée sur une pensée éthique de leur traduction.
Les enjeux que soulèvent cette problématique seront approfondis à travers une analyse philosophique de la question de l’interprétation. Il sera proposé en premier lieu une généalogie du concept d'interprétation pour en saisir les fondements dans la pensée antique et la reformulation moderne (herméneutique moderne, le concept de critique, le concept d'autonomie, les critères de formalisation et de déconstruction, etc.). Dans un second temps il s'agira d'en établir les lignes de forces qui fondent la problématique moderne de l'œuvre. Autrement dit réfléchir à ce qui fonde le concept de critique, d'historialité, d'herméneutique philosophique, d'histoire de l'art et de déconstruction. Pour pouvoir entrevoir ce que notre modernité nous laisse saisir dans le concept d'œuvre et dans le concept d'art, il nous est nécessaire d'en proposer une interprétation.
Calendrier (octobre 2012 à mai 2013)
- 15 nov. exposition Art by Telephone... Recalled à Angers, Paris, Bordeaux, New York et San Francisco.
Publications liées à ce séminaire : www.artbytelephone.com

//

Séminaire Philosophie du langage, École d'enseignement supérieur d'art de Bordeaux (2012-2013)
Qu’est-ce qu’une philosophie de l’œuvre ?
Le séminaire que je dirige à l’Ébabx s’est engagé depuis quelques années maintenant à proposer une réflexion sur le concept d’oeuvre. Pour cela nous avons engagé un travail préparatoire qui a permis de proposer une généalogie du concept d’inopérativité (de 2007 à 2009), une saisie du concept de négligence (année 2010-2011) et une introduction au concept d’agir (année 2011-2012).
L’année 2011-2012 a été entièrement occupée à la lecture de La lettre sur l’humanisme (1946) de Martin Heidegger afin d’interpréter cette interrogation sur le concept d’agir et de faire, puisque La lettre sur l’humanisme n’est pas autre chose qu’une interrogation sur l’insuffisance d’une pensée de « l’essence du faire » et sur la nécessaire déconstruction du concept métaphysique d’humanisme. Nous devions en interroger les liens. Pour l’année 2012-2013, nous voudrions poursuivre cette lecture, mais en la doublant d’une interrogation sur ce qu’on nomme le Tournant. Autrement dit, à partir de deux autres textes d’Heidegger, Fin de la philosophie (1964) et Le Tournant (1962), en ce qu’ils contiennent une interrogation sur l’essence du faire et de la technique. Ceci en vu de préparer ce qu’il nous reste à penser après que Giorgio Agamben a achevé une généalogie de l’opérativité (Homo sacer). Nous aimerions donc proposer un séminaire qui interroge, d’une part l’interprétation métaphysique du faire et, d’autre part, la déconstruction de cette métaphysique qu’il faudra tenter de lire et de comprendre dans un héritage hegélien, marxiste et heideggérien. La modernité nous livre à une tension entre une théorie critique de l’œuvre et la possibilité, encore insuffisamment explorée, d’une philosophie de l’œuvre. C’est ce tournant que nous voudrions montrer.
Calendrier : (octobre 2012 à mai 2013)
- journées d'étude 6 : 12 décembre : Vanessa Theodoropoulou & Mark Geffriaud
Publications liées à ce séminaire :
- Le chiffre & le texte, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2012
- Manières & protocoles, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2012
- Sur le concept de négligence (éloge du chiffonnier), col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011
- Inchoation & immédiateté, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011
- Espace politique; fidélité, adversité, fraternité, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011

//

Séminaire Traduction, avec Sébastien Pluot, école supérieure d'art d'Angers (2011-2012)
Du mythe babélien, aux théories des correspondances et à l'idéologie positiviste d'une traduction sans perte, le fantasme d'une communication transparente traverse la pensée. En réponse à cet idéal de transparence et de vérité, une autre conception de l'art et de la philosophie oppose la reconnaissance de la discordance entre sens et signification comme fondement même du langage.
Ce laboratoire de recherche a pour ambition de développer un approfondissement des connaissances théoriques sur les questions relatives aux processus et phénomènes de traduction et d'interprétation. Ce séminaire a pour enjeu de convoquer la question de la traduction et le problème de la traductibilité comme un lieu pour penser l'œuvre, l'opérativité et les processus d'interprétation. Traduire signifie élaborer une conduite qui permette, par de complexes phénomènes herméneutiques, de passer d'une langue à une autre, d'un énoncé à un autre. La recherche historique et théorique est alors envisagée dans une articulation permanente entre des pratiques curatoriales, de productions d’œuvres, de théorisation et de publications.
Le séminaire Traduction est co-dirigé par Sébastien Pluot et Fabien Vallos – comme première expérience d'une tentative d'interprétation – et sera constitué d'une analytique du traduire et de l'herméneutique. Par ailleurs il sera régulièrement ponctué de problématiques de recherche comme l'œuvre de l'artiste Mel Bochner, les questions de la performativité, la philosophie du langage, la figure des écritures talmudiques et cabalistiques, la question éthique de la tâche du traducteur et de la tâche du poète, la poétique des troubadours, l'art conceptuel, le concept d'herméneutique matérielle, etc.
Calendrier (octobre 2011 à décembre 2012)
- 15 nov. exposition Art by Telephone... Recalled à Angers, Paris, Bordeaux, New York et San Francisco.
Publications liées à ce séminaire : www.artbytelephone.com

//

Séminaire Philosophie du langage, École d'enseignement supérieur d'art de Bordeaux (2011-2012)
Une lecture de la Lettre sur l'humanisme de Martin Heidegger
Le séminaire Philosophie du langage, pour l’année 2011-2012, est entièrement consacré à une lecture commentaire de la Lettre sur l'humanisme que Martin Heidegger rédigea en 1946. Cette lecture est l'occasion d'une série d'analyses des concepts d'humanisme, d'éthique, d'opérativité et de langage. Il est alors le lieu d'une analyse approfondie des renversements opérés sur la métatphysique traditionnelle et des conséquences pour la pensée contemporaine. Il sera composé de séminaires réguliers, de laboratoires de recherche et de deux journées d’étude.
Calendrier : (octobre 2011 à mai 2012)
- journée d'étude 4 : 18 janvier 2012 : Manières & protocoles
avec Pierre-Damien Huyghe, Jean-Baptiste Farkas, Ludovic Beillard, Martin Lahitète & Nicolas Linel
- journée d'étude 5 : 14 février 2012 : Le chiffre & le texte (formes d'usages)
avec Quentin Meillassoux, Antoine Dufeu, Jean-Baptiste Carobolante, Victor Delestre & Irwin Marchal
Publications liées à ce séminaire :
- Sur le concept de négligence (éloge du chiffonnier), col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011
- Inchoation & immédiateté, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011
- Espace politique; fidélité, adversité, fraternité, col. Les rescapés du sentiment océanique, éd. Mix., 2011
- Six modèles d'analyse herméneutique, éd. Mix. 2008
- Le poétique est pervers, éd. Mix., 2007

//

Séminaire Philosophie du langage, école supérieure d'art de Bordeaux (2010-2011)
Éloge de la négligence
Ce séminaire de philosophie et d’anthropologie de l’art est dans la continuité des recherches qui ont été engagé les année précédentes sur les concepts de festivité, de désœuvrement et de parrhésie. Quels sont les enjeux de cette recherche ? un renouvellement de la pensée traditionnelle de l’herméneutique de la signification pour penser une herméneutique matérielle.
Le séminaire 2010-2011 a été essentiellement consacré à penser la possibilité d'un éloge de la négligence. Si étymologiquement la négligence signifie la neg-lectio, la non-lecture, alors quels sont les enjeux philosophiques, analytiques, épistémologique d'un tel éloge ? Il s’agira bien sûr de constituer un séminaire de philosophie politique pour nous permettre de renouveler les problématiques d'un discours sur l’art, d'un discours critique et de l’économie des régimes d’art.
Calendrier : (octobre 2010 à mai 2011)
- journée d'étude 1 : 24 novembre 2010 : Espace politique : fidélité, adversité, fraternité
avec Pierre-Damien Huyghe, Fabrice Reymond, Clémentine Coupau & This is not
- journée d'étude 2 : 15 décembre 2010 : Immédiateté & inchoation
avec Alessandro De Francesco, Sébastien Pluot, Lény Bernay, Jérémie Gaulin & Nicolas Linel
- journée d'étude 3 : 12 janvier 2011 : Sur le concept de négligence (éloge du chiffonnier)
avec Manuel Reyes Mate, Lætitia Paviani, Victor Delestre, Romain Juan & Louis Zébo
Publications liées à ce séminaire :
- Six modèles d'analyse herméneutique, éd. Mix. 2008
- Le poétique est pervers, éd. Mix., 2007